MARATHON CLUB DU GRAND CENTRE

             "Des pigeons d'exception pour des hommes de passion"

French Afrikaans Albanian Arabic Armenian Azerbaijani Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Filipino Finnish Galician Georgian German Greek Haitian Creole Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Irish Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Macedonian Malay Maltese Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swahili Swedish Thai Turkish Ukrainian Urdu Vietnamese Welsh Yiddish

Il pourrait tout autant être l’objet d’une célèbre citation romaine (‘Veni, Vidi, Vici’ de Jules César) que d’une expression moderne (golden boy), et toutes deux le qualifieraient justement :

j’aimerai vous faire découvrir aujourd’hui le surprenant Frank Zwiers (Breda-NL) ; un jeune colombophile (33 ans) qui en moins de 4 ans est venu au grand fond, et s’est imposé devant les plus grands de cette discipline…

Frank Zwiers


Jeune et passionné

Frank Zwiers est un jeune cadre dans les ressources humaines âgé d’une petite trentaine d’années, papa de deux têtes blondes (pays oblige) : Vienna (6 ans) et Kia (3 ans). Il partage ce bonheur avec la charmante Suzan. Je vous présente la famille, car il ne serait pas l’objet de cet article sans les siens, vous verrez. Le goût de notre hobby lui a été transmis par son grand-père, et au début de ce siècle (2000) il a commencé à jouer à pigeon, en demi-fond. En 2009, son bonheur s’est enrichi de la petite Vienna. Le plus raisonnable fut de sacrifier le hobby colombophile pour pouvoir concilier vie familiale et professionnelle.

Mais quand le diable vous tient, il ne lâche pas prise si vite : entre 2009 et 2011, Frank n’a ainsi pas cessé de suivre toute l’actualité de sa brûlante passion sur le net, ni d’aller voir tomber les voiliers chez les copains.

Une épouse en or !

Est-ce qu’elle en avait marre de le voir sur le net et chez les copains pour les arrivées de voiliers ou simplement qu’elle voulait le voir heureux (c’est plutôt cette raison), mais Suzan prit contact avec Mark Van den Berg pour offrir des pigeons à son cher et tendre. Le nez fin, elle a investi dans le grand fond ; une femme au top, tout simplement… Je vous vois d’ici avec vos yeux ronds en vous demandant où il a été trouvé cette perle, et oui, ça existe…

Blague mise à part, nous sommes bien contents d’avoir nos compagnes car elles en supportent souvent plus que de raison dans notre prenante passion, et si nous pouvons jouer, nous pouvons leur dire merci la plupart du temps, alors, mesdames, un grand merci !


Pas un bricolo

Courant 2011, voici donc notre Frank Zwiers parti chez Mark Van den Berg chercher ses premiers pigeons longues distances. De suite, le courant passe bien entre les deux hommes, et, rapidement d’autres oiseaux prennent le chemin de Breda. Je ne vous l’avais pas dit, mais notre homme ne fait pas les choses à moitié, c’est top ou ce n’est pas. Autre précision, quand il jouait le demi-fond (jusque 700 km tout de même), ce fut un super champion sur de forts contingents…

2010 1140447 1

Une introduction en particulier lui ouvrira de bien belles portes : ‘Golden future’. Cette brillante femelle vendue par Arjan Been sur Pipa lui ouvrira la route de chez cet incomparable ogre colombophile. Là aussi, le courant passe de suite et une amitié est liée rapidement. Des dons de pigeons et des œufs des voyageurs d’Arjan sont alors transférés vers Breda. Un bonheur en attend souvent un autre et la présence dans le colombier de ‘Golden Future’ fit sortir du bois un certain Jelle Jellema, partant pour un élevage en commun autour de cette femelle d’exception. Avouez qu’il peut arriver pire chose dans la vie d’un coulonneux. La chance se provoque aussi.

Les pigeons Van den Berg et Been, augmentés des pigeons Jellema donne un cocktail alliant force, endurance et capacité à voler de nuit.

 

12 3038066 1

  

Besoin de preuves ?

2011 : introduction des premiers pigeons de grand fond
2012 : premiers essais
2013 : 1er / 2512 p & 5 / 8853 p Brabant 2000 sur Tarbes, et 2ème place aux non désignés Championnat Fond spiegel (avec des yearlings et de rares ‘2 ans’)
7éme / 2918 p Brabant 2000 Cahors
2014 : 8éme / 3398 p Brabant 2000 Cahors
2015 : 3ème Champion NPO Marathon, avec 4 top 10 NPO et 73 % de prix…

Ci-dessous un aperçu de la saison 2015 :

3ème NPO Tarbes (10 / 5 413 p)
3ème NPO Bordeaux (7 / 11 727 p)
5ème , 12, 27 NPO St Vincent (17 / 7 830 p)
6ème, 16 NPO Bergerac (26 / 7 830 p)

Peut-être êtes vous maintenant impatient de voir comment il fait…

 

Les installations, la colonie

Elles sont à l’image du jardin : petites.

Le colombier fait 7, 5 mètres sur 1,85 mètre de profondeur, orienté au Sud-Est. Un point particulier est qu’ils sont situés sous des arbres du voisinage ; pas optimal, à n’en pas douter, bien que quand l’on voit les résultats, on se demande ce que ce serait dans des conditions de rêve. Peut-être cherche-t-on aussi parfois maintes excuses en tout genre.

DSC 0132 1

Pour Frank, le principal est d’avoir de bons pigeons. A ce jour, 60 % de la colonie est composée de pigeons Mark Van den Berg. Les 40 % restant sont issus de pigeons Arjan Been, et de sang Jellema.

L’entièreté de la colonie est logée dans le colombier de 7,5 mètres. L’équipe de voyageurs est forte de 50 têtes, dont la moitié de yearlings. A ceci s’ajoute 14 couples de reproducteurs et une soixantaine de jeunes par an.


Gestion de la colonie

Les années 2013 et 2014, les pigeons ont été joués au veuvage total.

En 2015, changement de stratégie, les pigeons ont été joués au naturel. Frank souligne d’ailleurs que ses top 10 NPO 2015 sont le fait de ses femelles sur position.

DSC 0125 1  DSC 0126 1

Le compartiment des voyageurs

Début de saison, les voyageurs élèvent 2 jeunes par nids, après quoi ils sont découplés. Lors de notre visite (5 mars 2016) les pigeons étaient accouplés depuis 1 semaine. Dès le mois d’avril, quand les jeunes ont une semaine, les entraînements commencent ; les voiliers seront ensuite gardés ‘sur l’aile’ tout le temps. Ils sont découplés quand les jeunes auront 3 semaines. Au veuvage ensuite, chaque semaine, ils partiront sur des courses allant de 110 à 220 kilomètres. Pour l’enlogement de leur premier Marathon (St Vincent - mi juin), les pigeons auront ainsi plus ou moins 2 000 kilomètres dans les ailes. Au début, il ne fait pas trop attention au temps, par contre quand les belles courses arrivent, il ne les mets que si le temps est assez bon, pour ne pas risquer de mauvais concours juste avant leurs premiers enlogements marathon.

Deux équipes sont formées pour la saison ; l’une fera St Vincent, Tarbes, Dax, l’autre fera Bordeaux, Cahors, Bergerac.

Début mai, les couples sont reformés, pour partir la première fois sur un jeune de 5-6 jours par nid. Au retour, ils retrouvent un jeune (des reproducteurs), les leurs ayant été cédés plutôt que sacrifiés. Ils vont alors continuer l’élevage et un cycle de reproduction classique : pour leur deuxième enlogement, les pigeons seront sur des œufs de +/- 8 jours et un jeune de 4 semaines. La troisième et dernière course sera jouée sur un jeune d’à nouveau 5-6 jours.

NL11 1218984 1

 

Et l’avancement de la mue dans tout ça ?

Une dizaine de jours avant St Vincent, Frank laisse la lumière au colombier de 5 heures du matin à 23 heures du soir pour retarder la mue.

Les pigeons sont tenus toute la saison dans le rythme : quand les nationaux sont commencés, ceux n’ayant pas volé dans le week-end seront entraînés chaque dimanche (départ de la maison 5 heures du matin) à 80 – 90 kilomètres.

En début de saison, une seule volée d’une demi-heure par jour est donnée (l’après-midi). En 3 semaines, le temps d’entraînement va être porté à 75 minutes, avec l’aide d’un drapeau. Deux semaines avant la première course marathon, une deuxième volée sera donnée par jour, soit 150 minutes d’entraînement quotidien autour du colombier.

Yearlings, les exploits ne sont pas demandés, par contre pour sauver sa tête, il ne faut pas trop trainer et il est souhaitable (dirons-nous) de rentrer le jour du concours, en bon état et de récupérer vite, cela va de soi.

A partir de 2 ans, par contre, suite aux trois enlogements, sera demandé un minimum de 2 prix par 10 pour avoir une chance de rester.

Après la saison, les pigeons devront encore élever 2 tournées de jeunes (2 par nid) pour satisfaire une partie des demandes. Ils seront découplés souvent vers le mois de décembre.
Les reproducteurs auront droit à 3 nids pour montrer leur capacité à porter l’avenir de la colonie. Chaque tournée, sera l’objet d’un changement de partenaire. Souvent, les jeunes seront élevés par les voyageurs. Un reproducteur sera essayé 3 années de suite ; si les jeunes précédents n’ont pas encore fait de prouesses, il sera mis en pension chez le frère de Frank (qui commence en colombophilie), jusqu’à ce que les derniers jeunes ‘en cours’ soient essayés. Ces derniers essais effectués, le pigeon sera réintroduit ou éliminé selon les résultats des derniers jeunes. Les introductions sont choisies parmi des jeunes de 1er nationaux ou de pigeons Olympiques, reste ensuite à montrer sa valeur pour rester.

+/- 60 jeunes sont élevés par an. Tomber malade n’est pas autorisé par le maître des lieux. Ils sont joués chaque semaine, pour un total de 10-12 enlogements. Rentrer tard n’est pas non plus autorisé ici. A la fin de ces courses d’entraînement (jusque 400 km), il va en rester entre 25 et 30 jeunes qui pourront avoir leur chance en yearling.

2012 3228472 1


Soins

En saison, les fenêtres et aérations en façade des colombiers sont fermées. Du couvre-sol est alors mis sur le plancher et les fientes ramassées quotidiennement.

Hors saison, le colombier est ouvert à maximum, pour entretenir la rusticité des oiseaux. Le plancher est alors à nu, et le grattage n’est qu’hebdomadaire.

Côté nourriture, toute l’année, le mélange ‘All In One’ de la firme Beyers qui est choisi comme base d’alimentation. Les pigeons sont nourris deux fois par jour ; les pigeons peuvent prendre autant qu’ils veulent, car il est donné plus que ce qu’il leur faut. Le contenu du bac est vidé et renouvelé ainsi, matin et soir.

Hors saison, au mélange Beyers est ajouté 50 % d’orge, et ce jusqu’à l’éclosion des premiers jeunes.

Les trois derniers jours avant la mise en loge, les pigeons reçoivent 75 % de mélange ‘Koopman all in One’ additionné de 25 % de mélange ‘Energie Plus ’.

Au retour, les pigeons retrouvent leur mélange habituel, et avalent 1 pilule de vitamines ainsi qu’une de protéines.

FrankZwiers Stamkaart A4 2 1


Traitements

La saison commence par l’administration des 3 vaccins, instillés sur 3 semaines successives depuis fin mars : 1 - PMV ; 2 - Paratyphus ; 3 - Poquettes. Suite à ceci, une baisse de forme intervient, mais les pigeons ne reçoivent aucune vitamine.

Notez cependant que les oiseaux, dès lors qu’ils ont des jeunes, pendant 4 semaines, ont droit quotidiennement à du ‘Colinol Plus’ de la firme DHP (soutien intestinal entre autre). Dès lors que les jeunes sont sevrés, pour le reste de la saison, tous les pigeons du colombier auront de ce produit une fois par semaine.

Vers la fin avril, 1 pilule contre les vers est distribuée, et des gouttes antiparasitaires percutanées sont instillées.

Trois semaines avant le premier beau concours, une cure de ‘Belga Mix’ (ea tricho) de la firme De Weerd est administré. Un comprimé anti-tricho est donné 10 jours avant les courses suivantes aux pigeons en partance.

Les deux jours (dimanche et lundi) avant celui de l’enlogement (mardi), un produit contre l’ornithose (firme De Weerd) est donné, soit 6 fois dans la saison, car principalement 6 concours (suscités) sont visés.

En novembre, une cure de 14 jours contre le paratyphus est prodiguée.


Un espoir, un modèle

Voici donc pour la méthode de Frank Zwiers, Golden Boy colombophile longue distance de la ville de Breda (NL).

Comme nombre de ses compatriotes, il ne fait pas de chichis ; combien oseraient ainsi élever autant par saison avec des pigeons qui auront à faire la bagatelle de 3 courses marathon par an ?

Combien seraient aussi à pleurer le manque de soleil dû à la présence des arbres au-dessus du colombier ? Lui, en bon Hollandais, ne se pose pas la question, il s’adapte, joue et atteint ses objectifs.

Il ne se tracasse pas trop non plus pour la nourriture ; la méthode est simple, mais terriblement efficace.

De bons pigeons, bien entraînés, donc bien nourris.

Frank Zwiers est à mon sens un modèle pour nombre de jeunes colombophiles. Pas pour se mettre la pression et se dire que l’on devrait absolument être aussi bon que lui, car ce qu’il réalise est hors norme tout de même.

DSC 0108 1

C’est un modèle possible pour briser ce cancer colombophile qui consiste à mettre dans la tête des débutants qu’il est normal d’être ‘out’ en commençant, ‘les prix viendront avec les années’. Comment trouver ainsi la motivation pour tenir, malgré certaines difficultés (horaires travail, vie de famille, etc), à pratiquer cette magnifique passion face à des amateurs qui ont tout le temps nécessaire. Un débutant peut, et doit vouloir, damer le pion aux anciens. Ainsi, s’il doit faire un jour un break avec notre hobby, il y reviendra d’autant plus sûrement qu’il aura pu se faire plaisir avant. Frank Zwiers est revenu à cette passion parce qu’il s’était fait vraiment plaisir dès ses débuts, via de fracassants succès.

DSC 0110 1

 

Il demeure une preuve éblouissante que, dès le début, tout est possible. Il faut réfléchir, s’adapter, certainement se spécialiser, pour pouvoir, comme Jules en son temps et Frank maintenant, ‘ Veni, Vidi, Vici’ !

Frank Zwiers, merci infiniment pour ce grand moment que vous avez offert aux membres du Marathon Club du Grand Centre, venus vous visiter en ce mois de mars 2016. Bravo pour ces superbes exploits passés, et beaucoup de succès pour les années à venir. Bons vents !


David Chassagne - Mars 2016