MARATHON CLUB DU GRAND CENTRE

             "Des pigeons d'exception pour des hommes de passion"

French Afrikaans Albanian Arabic Armenian Azerbaijani Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Filipino Finnish Galician Georgian German Greek Haitian Creole Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Irish Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Macedonian Malay Maltese Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swahili Swedish Thai Turkish Ukrainian Urdu Vietnamese Welsh Yiddish

Lieven Buelens (B-Scherpenheuvel) n’est pas surmédiatisé, et pourtant, c’est un des tout meilleurs amateurs belges de l’épreuve reine du grand fond international : Barcelone.

Beaucoup se passionnent pour cette emblématique course, peu d’amateurs arrivent à se hisser dans le carré fermé des tops 100, encore moins à s’y maintenir sur la durée. Lieven pour qui Barcelone représente 1083 kilomètres, fait partie de ce cercle restreint des tops amateurs de la top des épreuves…

IMG 20160306 175001
Vent de face, vent de cul, crack pigeons, crack colonies…

Il nous arrange bien, souvent, pour sauver la face suite à une bonne pile prise sur une course de se retrancher derrière un fier : ‘mes pigeons préfèrent le vent de face, les vrais épreuves’. Quand le vent est de face, il est moins glorieux de dire que nos pigeons préfèrent le vente de cul, mais bon, ça peut aider aussi, il faut bien sauver les meubles parfois, et là on fait comme on peut… J’ai toujours écouté dire que les supers pigeons venaient par tous les vitesses. Ce n’est pas courant ces bêtes-là, ces gagneurs par toutes conditions. On en voit bien pourtant des cracks sur les ventes, avec une paire de beaux résultats, mais les envolées lyriques commerciales ne doivent pas nous faire oublier que le vrai crack, le vrai super est celui qui est là, en tête que le vent soit de cul ou de bec. Et là, ce n’est plus pareil, beaucoup de ‘cracks’ perdraient ici leur gallons.

Comme pour les pigeons, les colonies en tête dans toutes les conditions ne sont pas légions. Et oui, nous sommes nombreux les lendemains de courses à sortir les rames via nos petites phrases pour ne pas avoir l’air trop esquintés par nos déboires sportifs. Un qui s’évite ce genre de réparties à son local de dépouillement c’est Lieven Buelens : que ce soit sur un Barcelone 2015, bouclé à 984 mpm, ou un Barcelone 2014 bouclé lui à 1354 mpm, il fait florès. Et ça, ils ne sont pas nombreux à se le permettre, d’autant que notre spécialiste a engagé respectivement ces deux années 17 puis 20 voiliers…


Plus facile à trouver quand même…

Quoi de plus fastidieux que d’éplucher un résultat pour trouver les prix d’un amateur, surtout sur une épreuve comme Barcelone où la liste de prix est interminable. Avec certains, c’est plus facile : prenez un certain Buelens Lieven, dès que vous arrivez à un nombre de pigeons classés supérieur à 5, et c’est bien assez vite fait pour notre ami, vous n’avez qu’à rechercher le nombre 6 sur la colonne de droite du classement et ainsi de suite. Hors, même sur une course avec autant de participant que Barcelone, vous vous rendrez compte que le cercle des premiers amateurs avec entre 5 et 10 pigeons classés assez haut dans le résultat est très restreint.

IMG 20160306 162724

Avec son 10ème prix à la 814ème place, il est sur l’édition 2015, le 3ème amateur a avoir eu 10 classés, alors que sur l’édition 2014, il était le 5ème de ce classement. Sur les deux dernières éditions catalanes, ils ne sont, avec Theo Weytjens, que deux à intégrer ce carré fermé des 5 premiers amateurs belges avec 10 prix. Notez toutefois que Theo Weytjens a enlogé dans le même temps 91 et 80 pigeons, contre 17 puis 20 pour Lieven.

Au passage, pour Barcelone 2015, il fait 12 prix de 20 enlogés (52, 103, et 9 prix par 10), et, sur le cru 2014, il fait 14 de 17 enlogés, avec un deuxième national, agrémenté s’il vous plait des 21, 22, et 23ème prix nationaux et 7 prix par 10.


La colonie, les installations

Elle est composée de quasi 20 couples de reproducteurs qui vont fournir environ 150 jeunes par an.
Le contingent des yearlings est généralement fort de 45 unités, alors que les vieux, de plus de 2 ans sont 41 cette année.
Tout ce joli monde est logé dans 3 colombiers, un pour les reproducteurs, un autre pour des voyageurs et le dernier, plus grand, au fond du jardin pour les jeunes, et le reste de l’équipe des voyageurs.

IMG 20160306 171340 1

Les femelles de veufs sont tenues près de la maison dans des petites installations, loin du regard des veufs.


Management, prix par 10

Notre champion ne joue que les mâles, ça coûte déjà bien assez cher de les jouer.

Les pigeonneaux sont éduqués en août, après Perpignan, à cette époque, les maladies de jeunes sont finies, d’où moins de risques pour les entraînements. Ils sont envoyés sur la direction qui va être celle de leur carrière sportive : la route du Rhône. Ils seront donc entraînés (mis en panier la veille) pour finir sur un Sarrebrück puis un Strasbourg (+/- 200 km). Tous les mâles qui rentrent sont conservés pour l’année suivante.

Les yearlings sont joués au célibat ; entraînés en début de saison, ils feront ensuite un Châlons-sur-Saône (460 km), suivi de Valence (660 km) et Montélimar (714 km). Narbonne (850 km) clôt pour eux la saison. Pour rester, il faut des prix par 10. Le pédigree (les origines) compte aussi. Notez que le 2ème National Barcelone 2014 était rentré 2 jours après Narbonne, mais avait tout de même été conservé. Notez que pour Lieven, en dessous de 7-800 km, on parle de demi-fond, ça calme forcément...

Les ‘deux ans’ commencent eux aussi sur Châlons-sur-Saône, puis Valence, Montélimar pour finir sur Marseille. Il faut alors encore faire prix par 10 pour espérer rester.

Les plus de deux ans vont faire Chalons-sur-Saône suivi de Valence puis partiront sur ce pour quoi ils ont été préparés : Barcelone (1083 km). Comme pour les épreuves de sélection des années précédentes, il leur faudra faire prix par 10. S’ils échouent, ce sera épreuve de rattrapage sur Perpignan. En 2015, 7 y sont partis et seulement 2 ont saisi leur chance.

IMG 20160306 163132

Les reproducteurs sont accouplés début décembre ; 5 jours après, une première partie des voyageurs est accouplée, et va prendre la première tournée des reproducteurs. Le deuxième tour sera pour l’autre partie des voyageurs. Deux jeunes seront élevés et les femelles auront le droit de repondre (les œufs sont vendus). Les mâles ne reverront pas leur femelle avant la saison. C’est à +/- 25 km que sera donné le premier coup de panier de la saison, par beau temps, et dans la bonne direction.

Au retour de concours, les femelles ne sont pas montrées de suite, mais le lendemain, pour laisser les voiliers bien récupérer.

En fin de saison, ils auront à nouveau le droit d’élever une paire de jeunes.


Lignes de conduite

Pour réussir, il faut avoir un système, bien sûr y croire, et ensuite s’y tenir. Lieven a plusieurs axes de gestion de sa colonie. Il ne dit pas que c’est la vérité universelle, mais c’est la sienne, il faut bien croire en quelque chose.

Un travail opiniâtre et soigné vient à bout de tout : debout très tôt le matin (4 heures) et couché tard (23 heures) ; les pigeons, si l’on veut être au top, représentent un travail conséquent. Arriver à ce niveau est dur, représente beaucoup de travail.

IMG 20160306 171743 1

Les champions ne sont pas sur le canapé toute la journée. Les pigeons sont lâchés aux aurores pendant 1h- 1h30 et à nouveau le soir vers 21 heures. Notez au passage qu’ils sont nourris le soir vers 17h-17h30.

Les colombiers sont nettoyés toutes les 2 à 3 semaines, mais quand ils le sont, c’est à fond : aspirateur, chalumeau, brûleur.

Repérer le soleil : Les pigeons volent des épreuves où ils vont arriver soit très tard soit très tôt ; ils doivent donc savoir où est le soleil levant et couchant depuis leur colombier. Pour ceci, ils sont lâchés aux aurores et au coucher du soleil.

Trouver des coins pour dormir et s’abreuver : Lieven est convaincu que les voiliers apprennent à connaitre le terrain et à force, repèrent des endroits où ils peuvent s’abreuver ou dormir en sécurité. Dans cette optique, il ne les enloge que sur la ligne du Rhône, et les pigeonneaux sont entrainés dans cette direction uniquement.

Constance de la valeur dès le début : les bons le sont assez tôt, d’où une sélection sur les prix par 10 dès la catégorie yearlings.

Les bons viennent des bons : faut-il le rappeler… Lieven a monté sa colonie en mettant le prix dès le début et en introduisant chez des supers amateurs, constants dans les années. Pas de surprise.

Nourriture, traitements

Les pigeons sont nourris à la cuillère. Depuis 3 années, le système de la firme Matador était suivi, c’est assez onéreux, mais d’un autre côté, les pigeons semblent moins manger en quantité, et puis on est ainsi sûr qu’ils ont ce qu’il faut. Pour 2016, celui d’un ‘producteur local’ sera essayé.

Côté traitements, les conseils du vétérinaire (Vincent Schroeder) sont scrupuleusement suivis ; il porte notamment ses voiliers +/- 10 jours avant les épreuves sérieuses pour voir si tout est en ordre.

Le schéma de préparation (produits complémentaires) du Dr Schroeder était suivi pour ce qui est de monter les voiliers en condition optimale pour les joutes marathon. Cette année, un essai sera fait avec une nouvelle firme issue du monde du cyclisme.

IMG 20160306 174333


Tardifs maigrios

En 2013, une tournée de tardifs était destinée à la vente pour rejoindre les colombiers de 5 à 6 amateurs. Sur ces tardifs, 2 ne trouvèrent acquéreurs, trop fins, pas assez bien musclés. Ces deux oiseaux furent du coup conservés au colombier et se sont révélés capables de jouer en tête sur Marseille pour l’un et Barcelone pour l’autre.

Nous ne sommes pas si doués avec nos palpeuses de paluches semble-t-il que nous voulons bien donner à le croire, mais sans ce plaisir de ploter du voilier, notre sport perdrait aussi de son attrait. Encore je vous fais grâce des débats endiablés qui en découlent sur fond de certitudes inébranlables… L’essentiel est de se faire plaisir non ?

C’est en tout cas ce que devrait faire à nouveau notre champion pour Barcelone 2016. Le moment venu, nous allons donc guetter avec attention les annonces, voir si à nouveau les voiliers du côté de Scherpenheuvel ont suffisamment repéré d’où se lève le soleil depuis leur colombier pour taper la tête sur l’épreuve reine de la planète grand fond colombophile. L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

IMG 20160306 161302 1  IMG 20160306 161415

Un grand merci en tout cas à Lieven pour le superbe accueil qu’il a réservé aux amateurs du Marathon Club du Grand Centre venu le visiter. Nous avons été reçus comme des princes et avons passé un très agréable et chaleureux moment tous ensembles. Il faut dire que non content d’être un papi formidable, un champion colombophile émérite, un travailleur tant consciencieux qu’infatigable notre ami est un joyeux drille doublé d’un conteur sans pareil.

IMG 20160306 173903

De notre part à tous, merci, et bonne réussite sur Barcelone 2016 ! Bon vent !

David Chassagne Avril 2016